Panorabanques
down-arrowNouveau Prêt à Taux Zéro 2024 : éligibilité et avantages

Nouveau Prêt à Taux Zéro 2024 : éligibilité et avantages

Par le 10/07/2024
Mis à jour le 10/07/2024
Lecture 2 min.
credit_immo
4 / 5

Depuis le 1er avril 2024, le dispositif du Prêt à Taux Zéro (PTZ) a été revu en profondeur. Destiné à faciliter l'accession à la propriété pour les primo-accédants, ce prêt sans intérêts et sans frais de dossier a élargi ses critères pour toucher désormais 29 millions de ménages, contre 23 millions auparavant.

Changements majeurs

Le PTZ, prolongé jusqu'en 2027, ne permet plus l'achat de maisons neuves individuelles. Désormais, il se concentre uniquement sur l'acquisition d'appartements neufs en habitat collectif, mais uniquement dans les zones dites tendues (A bis, A et B1). Pour les logements anciens, les conditions restent inchangées : seuls les achats en zones détendues (B2 et C) sont éligibles, avec l'obligation de réaliser des travaux de rénovation représentant au moins 25 % du coût total du projet.

Critères d'éligibilité

Les critères d'éligibilité au PTZ ont été ajustés, avec des plafonds de revenus revus à la hausse pour inclure davantage de ménages. Par exemple, pour un foyer composé d'une seule personne avec un revenu fiscal de référence inférieur à 25 000 euros en zone B2, le PTZ est accessible, le plaçant dans la tranche 3. Les plafonds varient en fonction du nombre de personnes dans le foyer et de la zone géographique.

Montants et durées du prêt

Le montant du PTZ dépend des revenus du ménage, du type de bien immobilier et de la localisation. Par exemple, un couple modeste avec trois enfants à Lille peut obtenir jusqu'à 80 000 euros pour l'achat d'un logement neuf coûtant 200 000 euros. En revanche, un célibataire avec un revenu équivalent à Épernay pourrait obtenir 44 000 euros pour un appartement ancien.

Le PTZ peut financer jusqu'à 50 % du coût total du projet pour les ménages les plus modestes. Pour les ménages plus aisés, une nouvelle tranche de revenus a été introduite, permettant de financer 20 % du projet pour des revenus plafonnés entre 37 000 et 49 000 euros par an. Les locataires de logements sociaux souhaitant acheter leur résidence principale voient également leur part finançable avec le PTZ doubler, passant de 10 % à 20 %.

Conditions de remboursement

La période de différé de remboursement, où l'on ne paie aucune mensualité, varie selon la tranche de revenus. Par exemple, pour les ménages de la tranche 2, le prêt peut s'étaler sur 20 ans avec une période de différé de 8 ans, suivie de 12 ans de remboursement. Pour les ménages de la tranche 4, il n'y a pas de différé, et le remboursement s'étale sur 10 ans.

Impact économique et social

Le recentrage du PTZ sur les appartements neufs en zones tendues et les logements anciens avec travaux en zones détendues vise à répondre à la crise du logement tout en contrôlant les dépenses publiques. En effet, cette nouvelle version devrait coûter 800 millions d'euros par an à l'État, contre 1,2 milliard pour l'ancienne version. De plus, le reclassement prévu de 600 communes en zones tendues devrait encore élargir l'accès au dispositif.

Le nouveau PTZ 2024 représente une opportunité significative pour de nombreux ménages de devenir propriétaires, tout en s'adaptant aux réalités économiques et immobilières actuelles. Avec des critères d'éligibilité élargis et des montants de prêts ajustés, il constitue un levier essentiel pour faciliter l'accès à la propriété dans un contexte de marché immobilier tendu.